Rencontre avec M. Philippe POULAIN, métallier d’art au parcours exceptionnel, qui a récemment réalisé la verrière de clients d’HABITEUM un peu particuliers pour lui : sa fille, son gendre et ses deux petits-enfants !

Bonjour Philippe, peux-tu te présenter et expliquer à nos lecteurs en quoi consiste ton métier ?

Bonjour, je m’appelle Philippe POULAIN, et je suis métallier d’art à la retraite dans les Alpes-Maritimes.

Ce métier consiste à travailler tous types de métaux (acier, laiton, bronze, cuivre, etc.) afin d’en faire des pièces d’exception. Cela va de la grille de caniveau à la grille de portail, en passant par les tonnelles, lampadaires, rampes d’escalier ou même des meubles, tout en stylisant la pièce et en y apportant sa touche personnelle.

portrait de Philippe PoulainPeux-tu nous raconter ton parcours, tes différentes expériences ?

J’ai commencé dans le métier à l’âge de 14 ans en tant qu’apprenti métallier jusqu’à l’obtention de mon CAP.

J’ai ensuite travaillé 9 ans en tant que salarié. C’est là que j’ai tout appris, aux côtés d’un patron et de collègues exceptionnels, qui ont su me faire confiance et me transmettre tout leur savoir.

A 23 ans, j’ai créé mon entreprise. Au départ, j’étais seul avec un apprenti et je peux vous dire que pour un Normand « expatrié » à Nice (Philippe est arrivé dans les Alpes-Maritimes à l’âge de 12 ans, ndlr), les premiers chantiers ont été difficiles à trouver !

Nous avons donc redoublé d’efforts, et réussi à se faire connaître d’année en année, et j’ai eu jusqu’à 8 ouvriers travaillant avec moi.

Environ une dizaine d’années après avoir créé cette entreprise, j’ai rencontré M. Robert DALLAS, un créateur de maisons américain très renommé. Nous avons commencé notre collaboration, en travaillant sur la réalisation de pièces uniques (sculptures, portails, pergolas, etc.) sur des villas immenses et pour des clients avec des goûts très précis.

J’ai également eu la chance de rencontrer M. Jean MUS, paysagiste des grandes propriétés de la Riviera, (pour moi c’est le roi des jardins) et M. Louis SORRIDENTE, créateur de villas haut de gamme. Avec eux j’ai participé à des projets extraordinaires, avec des réalisations inimaginables : des reproductions à taille réelle, des grilles entourant des propriétés de plusieurs kilomètres carrés, des rénovations de grands hôtels de la Côte d’Azur… Il me faudrait plus qu’une journée pour tous vous les citer !

Ils ont dès lors été mes principaux clients tout au long de ma carrière, et ce fut un honneur de travailler à leurs côtés.

Philippe Poulain, métallier d'artQuelles sont selon toi les qualités nécessaires pour effectuer ce métier ?

Tout d’abord être courageux ! Il s’agit d’un travail passionnant, et lorsque vous travaillez avec passion, cela vous demande beaucoup de temps et d’énergie.

L’autre principale qualité qui est pour moi indispensable, c’est d’être surdoué en dessin. Ce n’est pas la première qualité à laquelle on penserait en évoquant le métier de métallier, mais c’est pourtant essentiel. Toute réalisation est d’abord couchée sur papier. Sans dessin, on ne peut pas réaliser grand-chose car on n’a aucune projection, aucune ligne directrice. Tout vient du dessin, donc si on n’est pas bon dessinateur, on ne sera jamais un bon ouvrier !

Enfin, et malheureusement cela ne va pas en s’améliorant avec le temps, c’est la vue. C’est tout bête, mais ce travail demande un tel niveau de précision, que si on n’a pas une bonne vue, on peut aller droit à la catastrophe ! C’est d’ailleurs pour cette raison, entre autres, que j’ai décidé d’arrêter ma carrière.

Avec un peu de recul, qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ta carrière, dans ce métier ?

Sans hésiter, le contact avec les clients.

La plupart de mes clients étaient des palaces et des gens fortunés, de toutes nationalités, qui savaient exactement ce qu’ils voulaient, mais qui vous montraient un profond respect. Lorsque vous livrez une pièce et que vous voyez dans le regard du client que c’est exactement ce qu’il avait en tête, si ce n’est mieux, vous êtes le plus heureux des hommes !

J’ai également eu le privilège de travailler avec les plus grands, comme expliqué avant, et j’ai donc pu participer à des projets extraordinaires, dans des endroits magnifiques. Grâce à M. Jean MUS, j’ai travaillé dans les plus beaux jardins du monde ! J’ai donc la chance d’avoir pu y laisser ma trace en y ayant confectionné des serres, pergolas et mêmes des piscines tout en inox.

Je disais souvent à mes ouvriers : « Profitez-en bien, on devrait payer pour travailler dans des endroits pareils ! ».

Raconte-nous un peu le projet que tu viens de réaliser sur le chantier d’une rénovation menée par HABITEUM. Comment cela s’est-il passé ?

Quand ma fille et mon gendre ont opté pour la rénovation de cette maison de 170m2 située à Bois-Colombes, ils ont rapidement imaginé installer une verrière surplombant le jardin. Je me voyais mal ne pas réaliser celle-ci pour ma propre fille !

Le plus dur a été de s’adapter à la configuration de la maison. De plus, c’était la première fois pour moi que je réalisais une verrière de ce type. J’ai donc tout dessiné dans le moindre détail, comme pour un client normal, tout en me faisant plaisir à mettre ma petite touche, et je me suis mis à la confection de chaque pièce.

Et quand on voit le bonheur de toute la famille quand tout est fini, je peux dire que je suis le plus heureux des papas et papys !

7910-apres

verrière réalisée par Philippe Poulain